• No B, No N


    A chacun de mes déplacements, l'infernal rubik's cube qu'est le monde se transforme.
    Je ne détiens pas la vérité puisque mon regard est subjectif - Oceano Mare / Alessandro Baricco - mais ma vérité.

    J'aime me sentir au dessus des nuages avec l'impression jouissive de survoler les frontières et de faire fi de ces lignes inutiles. Là où Dogville symbolise, je réalise. Il est vrai qu'ici, la mer est la limite. Du port à baleiniers, aux côtes dorées du Sud, j'ai assisté au début ou à la fin de l'océan.

    Puis, je suis rentré dans la ville, couvert de mon manque d'habitude. Deux pas suffirent pour découvrir que le son est différent. L'isolement est source d'originalité et de recherche. Les ambiances du Sri Lanka et un animateur francophone, les deux pieds dans la neige... Magie des voyages...
    Des boules transparentes au plafond, deux soeurs à la voix "voyageante", Bjork comme en vrai... Le numéro 22.

    Tout est calme en apparence. Le repos est perpétuel. Même lorsque la folie éclate brusquement quelques minutes avant de basculer en 2008. Le vent, les flammes, l'alcool...
    De la violence curative en quelque sorte.

    Le monde est ainsi.
    Du moins le mien...

    If travel is searching
    And home has been found
    I'm not stopping
    I'm going hunting
    I'm the hunter


  • Commentaires

    1
    zb
    Jeudi 3 Janvier 2008 à 11:45
    never stop
    hunter too XXX
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :