• Tsss


    J'ai la gorge sèche à force d'écrire.

    Sa tête verte et ses yeux rouges ne me font plus peur.
    Je ne mangerai pas votre foie de veau et ne prendrai pas vos petites pilules.
    Ne me forcez pas à porter cette immonde chemise rose passé et oubliez vite ce pantalon trop court.

    Je vis dans un ailleurs que vous ne sonderez jamais.
    Un ailleurs bouclé pour toujours que je ne défriserai sous aucun prétexte.

    J'étais à gauche quand tu regardes la scène, à côté de cet animateur télé pour enfant.
    Je pense que c'était ton épaule; elle était fascinante.

    Ton épaule.

    Je t'aime comme on aime Casper.
    Je t'aime parce que je ne te reverrai jamais. Ce n'est pas ce qui fait de toi quelqu'un d'unique. C'est ce qui fait de toi une épaule.
    Je t'aime autant que ce genou du métro ou ce coude de la terrasse du bistrot.

    Mais il faudra nous trouver d'autres affinités car je ne reviendrai pas les écouter.
    C'est fait.
    Et beaucoup trop douloureux.

    Ce qui est con c'est qu'on est sorti par la même porte.


  • Commentaires

    1
    zbut
    Lundi 24 Mars 2008 à 20:02
    j'en ris
    dans mon mutisme tiens - chirurgical, on disait (tant qu'il y aura des portes)
    2
    Chirurgie
    Samedi 12 Juillet 2008 à 03:42
    Je ris aussi
    parce que ces mots là sont si vrais, sauf quand on a pris la porte opposée... L'un est sorti, l'autre est resté. Les boucles c'est trop facile de s'y perdre... Je ne les aime plus
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :